Architecture
Now Reading
De gros projets architecturaux prévus en 2016 en Côte d’ivoire Ibrahim Konaré (architecte): « Nous ferons tout pour mériter la confiance de l’Etat »
0

De gros projets architecturaux prévus en 2016 en Côte d’ivoire Ibrahim Konaré (architecte): « Nous ferons tout pour mériter la confiance de l’Etat »

by BATIRICIjanvier 10, 2017

Quelle importance accordez-vous au projet de Construction de la Bibliothèque de la Renaissance africaine ?

C’est toujours une fierté, en tant qu’architecte, d’être associé à un grand projet, notamment immobilier. Il s’agit ici d’un centre d’affaires associé à un centre culturel. Ce centre abritera une très grande bibliothèque avec tout ce qu’il y a de mieux aujourd’hui en matière d’informatique  et de technologie pour la lecture, la vidéo et le livre.

Quelles sont les caractéristiques du bâtiment ?

Ce sera un bâtiment à plusieurs composantes. Une bibliothèque, une galerie commerciale, un centre de conférences et des bureaux. Disons qu’il s’agit d’un centre de multi activités.

Il est question d’un partenariat public-privé dans lequel 30% du financement est à votre charge. Comment cela va-t-il se dérouler ?

Il est vrai que dans toute opération qui nécessite un financement important, le promoteur a sa part. Pour cela, nous allons vers les financiers. C’est ce partenariat qui nous permettra de réaliser l’ouvrage.

Ce n’est certainement pas le premier bâtiment que vous construisez  à Abidjan.

Je suis un architecte. J’ai travaillé dans les années 1990 dans les grands travaux de Côte d’Ivoire qu’on appelait à l’époque la Direction des grands travaux (Dgtx). J’ai créé ma structure nommée « Archi 2000 ». Il me paraît donc normal qu’après 20 ans de carrière, j’aie des ouvrages visibles un peu partout. Entre autres, le siège de la Bceao Côte d’Ivoire, Azalaï. Nous travaillons aussi sur l’agence auxiliaire de la Bceao à Man. Je suis aujourd’hui sur ce nouveau projet et bien d’autres.

Lesquels par exemple ?

Je voudrais me consacrer aujourd’hui à la culture, raison pour laquelle la Bibliothèque m’intéresse, ainsi que bien d’autres ouvrages culturels. Je pense que l’histoire de nos nations ou de nos villes se construit à travers les ouvrages culturels qui sont laissés. J’aimerais pouvoir initier le goût de la culture à travers des ouvrages de qualité en Côte d’Ivoire.

La construction de « La place de la nation » compte au nombre des six grandes réalisations à venir en Côte d’Ivoire. Êtes-vous concerné par ce projet ?

La charge de ce projet revient à d’autres promoteurs. Je ne sais pas très bien ce qui sera fait. Mais en tout cas, il est question de faire en sorte que l’Abidjanais revienne au Plateau.

En quoi cela est-il important d’initier une politique d’incitation pour encourager les Ivoiriens à fréquenter la commune du Plateau ?

Abidjan est l’une des rares villes du monde où le centre-ville est désert à une certaine heure. Il y a vingt ans, le Plateau était très dynamique, au-delà même des heures de travail. Il faut pousser l’Abidjanais à s’approprier le centre-ville. Cette bibliothèque devrait permettre aux parents de venir avec les enfants pour apprendre et aimer la lecture, s’éduquer et bénéficier pleinement de l’environnement offert aussi pour des jeux et des spectacles.

Cette action s’est-elle intéressée à l’incontournable problème de stationnement des véhicules dans le centre-ville ?

.Nous avons prévu 900 places de parking sur trois niveaux de sous-sol. Ce n’est peut-être pas suffisant pour régler tous les problèmes, mais nous pensons que c’est un début de solution aux difficultés. Le projet tient compte du fait qu’il y a une saturation en surface et qu’il faudrait aller en profondeur pour parquer les véhicules.

Le projet a été majoritairement confié à des compétences nationales. Quelle est votre  réaction?

C’est une grande fierté que les nationaux soient associés à des projets de telle envergure. Nous ferons tout pour mériter la confiance de l’Etat. Notre mission, pendant les cinq prochaines années, sera de faire en sorte que l’Abidjanais bénéficie de sa bibliothèque après les 40 mois à venir.

Pensez-vous pouvoir respecter le délai de 4 mois annoncé ?

Le site est encore occupé. Mais nous pensons que le délai peut être respecté si l’espace prévu est libéré suffisamment tôt.

Soource: Brigitte Guirathié


Recherche Contributrice (eur) indépendante (t)  BATIRICI , CLIC ICI 


BATIRICI, l’actualité du BTP et de l’immobilier en Côte d’Ivoire

What's your reaction?
Love It
0%
Interested
0%
About The Author
BATIRICI

Leave a Response